Dimanches des Artistes 2022

La paroisse Saint-Joseph-de-Lévis présente, en collaboration avec Desjardins – Caisse de Lévis, la 26e édition des Dimanches des Artistes. Cet événement très rassembleur est devenu au fil des années un incontournable les dimanches matin de l’été. Des chanteurs et instrumentistes de haut niveau et tous originaires de la grande région de Lévis/Québec viennent mettre leur talent au service de la liturgie lors des célébrations dominicales à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire (Lévis), monument historique du patrimoine religieux lévisien.

Ces 10 dimanches ont lieu du 26 juin au 28 août 2022 à la célébration de 9h30 (prélude à 9h15) à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire (18 rue Notre-Dame, Lévis).

Lire l’article du Journal de Lévis

26 juin - Choeur polyphonique de Lévis

Le Chœur polyphonique de Lévis est un organisme incontournable de la vie culturelle de la région. Il a pour mission principale de faire aimer le chant choral polyphonique. Il existe depuis plus de 30 ans, regroupe une soixantaine de choristes et présente deux concerts par année qui font rayonner les joyaux du répertoire vocal classique et profane. Depuis toujours, le chœur multiplie les collaborations avec de nombreux organismes culturels. Depuis septembre 2018, le chœur est dirigé par Monsieur Guillaume Boulay. Formé au Conservatoire de musique de Québec et à l’Université Laval, monsieur Boulay a forgé son expérience au sein de différentes chorales tant à titre d’interprète professionnel que de directeur musical. Il s’est aussi distingué par ses prestations comme ténor soliste et par ses compositions maintes fois endisquées et présentées notamment au Carnegie Hall.

3 juillet - Ensemble J'ay pris amours

Leur musique, où se mélangent la richesse et la diversité de leurs instruments anciens et de leurs voix teintées des inflexions particulières aux langues des pays visités, fait revivre ce répertoire de danses et de musiques populaires, des chansons d’amour et de dévotion, telles qu’elles étaient jouées à une certaine époque.

10 juillet - Victor Desrochers, clarinette

Étudiant à la maîtrise en interprétation classique de la clarinette à l’Université Laval dans la classe de Mélanie Bourassa, Victor Desrochers évolue dans plusieurs ensembles facultaires et professionnels, dont l’Ensemble Vent et Percussion de Québec et la Musique des Voltigeurs de Québec. Il prend part aux concerts conjoints avec l’Orchestre symphonique de Québec et est surnuméraire à l’Orchestre symphonique de Lévis. Il est récipiendaire d’une bourse de la fondation Sandra et Alain Bouchard et d’un premier prix au Concours solo avec orchestre Canimex de l’Université Laval. Ce prix l’amènera à jouer la Première rhapsodie pour clarinette de Debussy avec l’orchestre symphonique facultaire en décembre 2022.

17 juillet - Anna Spirina, piano

D’origine ukrainienne et lévisienne d’adoption, Anna a grandi et vécu à Poltava en Ukraine jusqu’à son arrivée au Canada en 2010. Détentrice d’une maîtrise en interprétation et enseignement de piano, elle travaille comme professeure de piano depuis 1991. Elle se manifeste régulièrement comme pianiste et accompagnatrice sur les différentes scènes de la province de Québec. Elle n’est pas seulement une pianiste passionnée de musique qui joue avec une grande poésie et une technique remarquable, elle s’est également engagée comme organisatrice d’événements culturels dans le milieu lévisien et québécois. Parmi ses diverses activités, c’est la musique qu’elle aborde avec une profonde réflexion et une tendresse qui lui permettent de toucher les plus profondes émotions humaines. Accompagnatrice et répétitrice du Chœur du Cégep de Lévis depuis 2011, elle agit à ce même titre pour le Chœur polyphonique de Lévis depuis 2014.

24 juillet - Pascale Bourdages, soprano

C’est en 2008, âgée de 15 ans, que Pascale Bourdages fait son entrée au Conservatoire de musique de Québec après s’être classée première aux auditions d’entrée. Elle y débute ses études sous la tutelle de Madame Jacqueline Martel-Cistellini. La même année (2008), elle reçoit la Bourse Blandine Naud-Paré – chant classique, pour laquelle elle fût récompensée pour son excellent travail et pour l’atteinte des objectifs musicaux qu’elle a dépassés. Récipiendaire en 2006 de la Coupe du Président lors du Gala des finales du Concours de musique de la Capitale pour sa prestation en chant populaire, elle y cumulera par la suite plusieurs médailles en chant populaire et chant classique ainsi qu’en violon. Deux fois finaliste au Concours de musique Clermont Pépin, elle obtient la deuxième place de la catégorie 5 – chant classique en 2010. Dans les dernières années, on a pu entendre Pascale avec l’atelier lyrique du Conservatoire de musique de Québec dans l’opéra «Les trois valses» d’Oscar Strauss interprétant Irène Grand-Pré, dans «Don Giovanni»de Mozart interprétant Donna Anna; dans l’opéra d’Alexina Louie «Burnt toast» en tant que rôle principal féminin ; ainsi que plusieurs autres productions. Une fois diplômée du Conservatoire, au baccalauréat, Pascale part vivre à Florence où elle s’est perfectionnée auprès des maestra Susanna Rigaci et Anna Aurigi, et a travaillé avec le pianiste Cristiano Manzoni. En 2018, elle lance un premier EP de chansons francophones (Ce qu’on ne cherche pas) composées par Marie Gauthier et glisse au travers sa toute première composition qui donnera son nom à l’album. Depuis, elle a lancé l’album «Nature et Vertiges», en 2021, qui recueille ses compositions et le projet «Déposée» cahier pédagogique gratuit pour les écoles secondaires et les groupes de francisation. Pascale travaille actuellement à la création d’un nouvel album ainsi qu’un projet d’art thérapeutique interdisciplinaire.

31 juillet - Richard Paré, orgue

Richard Paré travaille comme organiste, claveciniste et, depuis 2001, à titre de professeur à la Faculté de musique de l’Université Laval, à Québec. Il y enseigne l’orgue, le clavecin et la musique ancienne. Formé au Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec, il termine ses études par l’obtention de trois premiers prix: orgue, clavecin et musique de chambre. Membre fondateur de l’orchestre de chambre Les Violons du Roy, il a participé à de nombreuses tournées en Allemagne, en France, en Belgique, en Espagne, en Autriche, en Angleterre, aux États-Unis et un peu partout au Canada. En juillet 2005, il participe à une tournée des Violons du Roy qui le conduit au Concertgebouw d’Amsterdam. Au fil du temps, 14 enregistrements ont été réalisés avec les Violons du Roy sous les étiquettes Dorian, Virgin Classics et ATMA Classique. Il est soliste invité et continuiste invité par diverses sociétés de concerts. Richard Paré a joué dans plusieurs villes du Québec, de l’Ontario, de l’Alberta et du Nouveau-Brunswick. Il fut, à cinq reprises, artiste invité de l’orchestre New World Symphony de Miami, en Floride. En 2006, il a été soliste invité par le New York Philharmonic pour quatre concerts au Lincoln Center dans une Sinfonia de J.S. Bach et un concerto de G.F. Handel en 2006, par le Los Angeles Philharmonic et par le San Francisco Symphony au printemps 2009 ainsi que par le Chicago Symphonic Orchestra pour l’interprétation de deux concertos pour orgue de G.F. Handel en novembre 2011. En 2013, il est le soliste invité pour l’inauguration du nouvel orgue Casavant de la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm, à Québec, en compagnie des Violons du Roy sous la direction de Bernard Labadie. Quatre représentations ont été tenues pour cette inauguration. En mai 2014, sous la direction de Jean-François Rivest, Richard Paré a interprété, entre autres, le concerto pour orgue en sol mineur de Francis Poulenc. Richard Paré est claveciniste régulier de l’Orchestre symphonique de Québec et successeur de son maître Claude Lavoie à la tribune de l’orgue de l’église Saints-Martyrs-Canadiens de Québec.

7 août - Annie Dumont, violon et Sylvain Lévesque, piano

Musicienne dans l’âme, Annie Dumont, originaire de Lévis, a été bercée par la musique dès sa plus tendre enfance. C’est à l’âge de 4 ans qu’elle entre à l’École de musique Jésus-Marie de Lévis. Elle y étudie le violon pendant 6 ans avec madame Rose-May Boisvert et, simultanément, le piano pendant 5 ans avec madame Audrey Boulianne. Mais c’est le violon qui devient sa grande passion. Au printemps 1994, elle remporte en duo une médaille d’or au Concours provincial de musique de Sillery. À l’automne de la même année, elle fait son entrée au Conservatoire de musique de Québec où pendant onze ans, soit jusqu’en 2005, elle étudie d’abord dans la classe de madame Liliane Garnier-Le Sage, puis dans celle de monsieur Jean Angers. Parallèlement à ses études musicales, ses performances scolaires sont récompensées par de nombreux succès. Durant deux années consécutives, elle est notamment récipiendaire de la Médaille du Gouverneur général. En janvier 2006, malgré sa passion pour la musique, Annie entreprend des études en droit à l’Université Laval qui lui vaudront la première place au tableau d’honneur du doyen pour avoir obtenu la meilleure moyenne cumulative de sa promotion. Ayant débuté sa carrière d’avocate il y a plusieurs années maintenant, le violon continue toujours de faire partie de sa vie. Ses activités musicales sont variées et l’amènent à travailler avec différents musiciens, chœurs, chanteurs et chanteuses, mais c’est principalement en duo avec Sylvain Lévesque qu’elle se se produit. La rencontre entre les deux musiciens en 1999 se voulait unique, mais ce fut le début d’une grande aventure musicale puis d’une histoire d’amour. Près de 25 ans plus tard, la complicité d’Annie et Sylvain est d’autant plus grande et partager leur amour de la musique fait leur plus grand bonheur!

Originaire de Saint-Pascal-de-Kamouraska, Sylvain est initié au piano dès l’âge de 7 ans et encouragé par son père, lui-même musicien. De ce dernier, il hérite de l’amour de la musique. À l’âge de 11 ans, il remporte le Concours Jeunesse musicale à La Pocatière, puis le Concours de musique du Canada à 16 ans. Il fait ses études en musique avec Madame Michèle Royer au Cégep de Sainte-Foy. Par la suite, il continue de parfaire son art avec le professeur Robert Weisz de l’Université Laval. Il a principalement gagné sa vie avec la vente de pianos Yamaha pendant plusieurs années, sans toutefois jamais délaisser le piano. Par conséquent, parallèlement à la vente de pianos, il a joué dans différents établissements pour des événements corporatifs ou privés. Sa rencontre improbable avec Annie en 1999 allait être déterminante. Alors que le duo devait collaborer pour une seule occasion, la complicité des deux musiciens est telle qu’ils ne cesseront jamais de jouer de la musique ensemble et tomberont amoureux. Depuis près de 25 ans maintenant, ils se produisent tant lors d’événements privés que lors de concerts, ayant même eu l’occasion de faire partie de la programmation de l’Anglicane à quatre reprises. Leur amour de la musique est indéniable et le plaisir qu’ils ont à le partager l’est tout autant!

14 août - Maxence Lasserre-Engberts, baryton-basse

Maxence Lasserre-Engberts, baryton-basse, a commencé ses études en musique avec un DEC en chant classique au Cégep de Sainte-Foy (dans la classe de Linda Dumont), durant lequel il a été récipiendaire des bourses du Camp musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean, du Fonds Gaston J.-Beaudoin et de l’Harmonie de Charlesbourg. Il vient de terminer son baccalauréat en chant dans la classe de Réal Toupin, au Conservatoire de Musique de Québec, où il a reçu la bourse Cistellini et une bourse de la Fondation du Conservatoire. Passionné par l’étude des langues, il aime particulièrement chanter du répertoire dans des langues moins habituelles telles que l’albanais, le japonais, le danois, le finnois, etc. Parallèlement à ses études au Conservatoire, il étudie d’ailleurs à l’Université Laval afin de pouvoir enseigner la diction lyrique. Sur le plan professionnel, il s’est joint au chœur de l’Opéra de Québec à plusieurs reprises depuis 2018 et occupe actuellement le poste de chef de chœur à l’église Sainte-Monique, en plus d’être chantre dans plusieurs autres églises. Parallèlement au chant, il arrange et compose professionnellement et coache la diction de plusieurs langues, en particulier l’allemand et le russe.

21 août - David Jacques, guitare

Originaire de Saint-Georges de Beauce, au Québec, David Jacques est titulaire d’un doctorat en interprétation de la musique ancienne (guitares et luths) de l’Université de Montréal. Il a d’abord étudié la guitare classique au Cégep de Sainte-Foy, à l’Université Laval et au Conservatoire de musique de Québec. Il a collaboré à plus de 50 enregistrements sous étiquettes XXI-21, ATMA, d’Oz et Analekta, dont plusieurs ont été nominés à l’ADISQ, aux JUNO, aux prix Opus et aux ÉCHO Classik. Ses disques Pièces de guitarre de Mr Rémy Médard (2008), Tango Boréal (2012) et Pampa Blues (2014) lui ont notamment valu des Prix Opus. Il a aussi publié plusieurs arrangements pour guitare pour le compte des Productions d’Oz. Très actif ici et à l’étranger, il a donné plus de 3500 concerts dans plus de 35 pays et sur cinq continents. Il a été l’invité de plusieurs orchestres tels que les Violons du Roy, l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre Métropolitain, l’Orchestre symphonique de Montréal, IMusici, L’Ensemble Caprice, Moscow Pocket Symphonie, L’Hermitage de Moscou et le Mercury Orchestra de Houston. Parallèlement à ses activités d’interprète, David est professeur de guitare classique et de luth au Département de musique du Cégep de Sainte-Foy et à la Faculté de musique de l’Université Laval. Il a également complété un baccalauréat en enseignement (B.A.), un baccalauréat en Administration des affaires (B.A.A.) et un Baccalauréat en droit à l’Université Laval (LL.B.).

28 août - Audrey Larose-Zicat, soprano

Dotée d’une voix riche et puissante, Audrey Larose-Zicat a déjà une carrière bien remplie. Lors de la saison 2009-2010, Audrey participa à diverses productions en tant que membre de l’Opernstudio du Staatstheater de Nürnberg. Elle y chanta plusieurs rôles de Mozart, Donizetti, et Verdi. Elle a aussi chanté le rôle de l’Amour dans Orphée et Eurydice de Gluck lors du Internationale Gluck-OpernFestspiele Nürnberg 2010. Audrey a été membre de l’ensemble du Théâtre de Görlitz, en Allemagne, de 2010 à 2014 où elle interpréta différents rôles comme celui de Eurydice dans Orphée et Eurydice de Gluck, Cunegonde dans Candide de Bernstein, Rosalinde dans Die Fledermaus de J. Strauss, La comtesse dans Les Noces de Figaro de Mozart, la Mendiante dans Sweeney Todd et Violetta dans La Traviata de G. Verdi où elle a été acclamée par le public et les critiques. Lors des célébrations entourant le 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin, Audrey a chanté dans la 9e symphonie de Beethoven à la Staakener Zuversichtkirch. Lors de ses études à l’Université Laval, dans la classe de Hélène Fortin, Audrey a travaillé différents rôles tel que Constance dans Dialogues des Carmélites de Poulenc, Le Feu, la Princesse et le Rossignol dans l’Enfant et les Sortilèges de Ravel, Alcina dans l’opéra du même nom de Handel et le rôle-titre dans l’opéra Cendrillon de Massenet. Elle a chanté le rôle d’Antonia dans Les Contes d’Hoffmann de d’Offenbach pour l’Opéra de Brasov en Roumanie. En octobre 2016, Audrey a fait ses débuts à l’Opéra de Québec dans le rôle de Lauretta dans l’opéra Gianni Schicchi de Puccini. On a pu également l’entendre dans le rôle de Saffi dans l’opérette Le Baron Tzigane de Johann Strauss avec l’Opéra Bouffe du Québec. Audrey a tenu le rôle de Frasquita dans l’opéra Carmen de Bizet à l’Opéra de Québec en mai 2018. Depuis 2019, Audrey travaille activement à l’Oratoire St-Joseph du Mont-Royal ainsi qu’à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde de Montréal.