Le Seigneur est mon berger

Sommes-nous du genre à penser et à dire : « Moi, je fais ma petite affaire. Je ne dérange pas et je n’ai pas de compte à rendre à personne. Les autres, qu’ils s’arrangent… » ?

La journée de l’individualisme a fait perdre bien des plumes au collectif.

Ce n’est sûrement pas dans cette direction que notre foi chrétienne nous invite à vivre devant Dieu et en présence de ses enfants bien aimés. Si vous avez le moindrement porté attention aux textes proclamés depuis le début de notre célébration, nous avons peut-être remarqué que dans chacune des lectures il est question de rassemblement. L’image des brebis rassemblées par le berger est très présente pour exprimer cette volonté de Dieu de rapprocher son monde, pour rassurer, conduire à bon port, pour éviter l’égarement et la dispersion. Mais j’attire votre attention sur le constat de Jésus après avoir écouté ses disciples à leur rencontre d’équipe :

« Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. »

C’est peut-être pour nous autres aussi ce besoin de nous retirer un peu du bruit, du tourbillon de nos journées, pour nous reposer un peu, réfléchir, faire silence, contempler, prier.

Mardi après-midi, dans un de mes déplacements en auto, j’entendais un animateur à la radio invitant le clergé québécois, après avoir connu les messes à gogo, à adopter les messes techno. Ce serait bien reposant, n’est-ce pas ? Nous avons tellement de problèmes à vivre avec le calme, la paix, le silence, le chant harmonieux, la musique douce qui élève. La vie dans le bruit, dans la cacophonie, a tellement gagné de terrain dans nos existences et particulièrement dans la vie de nos jeunes, notre relève.

Paul, lui, mentionne le rôle primordial du Christ comme rassembleur pour aider à vivre dans la paix, à participer à Sa Paix en nous réunissant en un seul corps pour nous donner accès auprès du Père, dans un seul Esprit.

Jésus ramasse ses disciples de retour de la première mission pour partager sur leur tournée, sur leurs bons coups, les difficultés, leurs préoccupations, les élans qui les habitent. Tous sont surpris avec le Christ de constater une telle faim et soif d’entendre la Parole de Dieu et Il se met à les instruire longuement.
Ce dont nous avons bien besoin, nous aussi, de nous laisser enseigner par le Seigneur pour donner de la profondeur et de la fécondité à notre quotidien. Je ne me prendrai pas pour le Seigneur et ce ne sera pas trop long. N’est-ce pas qu’on a de la difficulté à se recueillir, à s’arrêter, à regarder, à écouter ?

Le conseil de Jésus peut nous être profitable aussi à nous et particulièrement en cette période de vacances d’été. Pour descendre un peu en nous-mêmes au milieu d’un monde d’activités, de bruits, où tout le monde semble impatient, pressé, inquiet ; ce n’est pas toujours évident d’être attentif au meilleur de la vie. Comment trouver moyen de nous arrêter un peu, de faire silence, de porter attention, d’écouter le calme, la paix ? C’est dans ce climat que Dieu s’exprime le plus : dans la beauté de la création, de la nature, dans nos temps de contemplation, d’écoute et d’adoration …

Dom Helder Camara disait que :
« ce n’est pas les yeux ouverts
qu’on voit toujours le mieux,
qu’il y a des silences plus riches
que la profusion des mots,
et que les mains qui se joignent sont souvent
plus puissantes que celles qui s’agitent. »

Dieu veut passer dans notre rassemblement de ce dimanche pour nous aider à dire avec le psalmiste :

« Le Seigneur est mon berger,
avec Lui, rien ne saurait me manquer …
Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre …
Auprès de Lui, je ne crains aucun mal,
car Il me guide et me rassure …
Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie . »

Dans notre eucharistie essayons de retrouver un peu d’attention à Sa présence.

Puissions-nous nous reposer auprès de Lui et reconnaître Celui qui passe dans notre vie pour y faire signe.

AMEN.

Informations supplémentaires
16e Dimanche du temps ordinaire, année B
1re lecture : Jérémie, 23, 1-6
Psaume : 22 (23)
2e lecture : Éphésiens, 2, 13-18
Évangile : Marc, 6, 30-34

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Powered by sweet Captcha