post

La foi, le don le plus précieux…

La lecture brève de l’évangile de ce jour nous raconte la guérison d’une petite fille de 12 ans, qui était la fille d’un chef de synagogue, nommé Jaïre. À celui-ci, le Seigneur ne demande qu’une seule chose : avoir la foi. « Ne crains pas, lui dit-il, crois seulement. » Autrement dit, le Seigneur demande à Jaïre de lui faire confiance.

C’est ça, avoir la foi : avoir confiance en quelqu’un, en l’occurrence, en Jésus.

Dans nos vies de tous les jours, nous passons notre temps à faire des actes de foi : nous faisons confiance aux gens qui nous parlent, car nous ne pouvons pas toujours vérifier par nous-mêmes tout ce qu’on nous dit.

Il y a des gens en qui nous avons pleinement confiance, car ils disent toujours la vérité ; il y en a d’autres par contre qui nous laissent sceptiques, car ils ont l’habitude d’exagérer ou bien ils arrangent les choses à leur façon.

La foi en Jésus est un don de Dieu, qui nous a été donné le jour de notre baptême. Ce jour là, grâce à nos parents, nous sommes devenus des enfants privilégiés de Dieu et des membres d’une grande famille qui s’appelle l’Église. Grâce à nos parents et à l’Église, cette foi s’est développée en nous.

Ce don de Dieu, il faut le protéger et le garder comme on garde un bien précieux. Autrement, on risque de le perdre, et peut-être pour toujours…

Durant cette eucharistie, demandons au Seigneur la grâce de comprendre que, selon les paroles mêmes du pape Jean-Paul II, la foi est le don le plus précieux qui nous a été donné, car il est porteur d’une vie et d’une espérance éternelles.

Amen

Commentaires

  1. Denis Grenier a écrit

    Bravo monsieur l’abbé Ferland

    Texte court, préçis et très bien structuré.

    Je suis catholique non pratiquant depuis l’âge de 17 ans environ, c’est-à -dire depuis que j’ai eu la témérité de défier mon père et que j’ai cessé d’aller à la messe du dimanche.

    Depuis lors, je suis retourné rarement à l’église même si la religion (et ses rites) revêt encore en mon for intérieur une sensation particulière qui m’indique que je n’y suis pas entièrerement indifférent.

    Par contre j’ai la foi. Une foi personnelle qui consiste essentiellement à croire en ma capacité de décider de certaines directions à donner à ma vie et en la capacité d’y parvenir grâce à mes talents, ma force et surtout ma persévérance. Et aussi la foi que je peux parfois faire une différence significative dans la vie d’autrui en aidant ma famille, mes amis, mon prochain.

    Dans ce monde moderne duquel il est facile d’être désabusé, ce sont ces croyances qui me font trouver encore un sens à ma vie, un sens à la vie.

    Un ancien paroissien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>