post

Être sa présence

L’événement de l’Ascension du Seigneur, telle que racontée, nous laisse entrevoir un nouveau visage de la présence du Seigneur sur la terre. Jésus est venu inaugurer une nouvelle façon de voir Dieu. – Également une nouvelle manière de vivre cette relation avec Dieu très concrètement.

Dieu n’est pas un être imaginaire, distant, qu’on trouve en se perdant dans nos pensées et rêvasseries.

Jésus est venu témoigner de sa personne pour annoncer la Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu pour nous. Sa Bonne Nouvelle, ce n’est pas une doctrine, ce n’est pas un code de règles morales, ni une hypothèse. C’est une personne en chair et en os, de même nature que nous. Et puis, Il a tout un cadeau à offrir, tout un héritage à proposer. Il nous invitera même à former son Corps, un corps vivant même de la vie de Dieu, de sa vie de Ressuscité, un corps promis à la vie éternelle.

Le Seigneur a fait son bout de chemin pour nous mettre en contact avec Dieu, pour envisager notre vie avec Lui pour la réussir pleinement, pour porter du fruit, et un fruit qui demeure. Il est rendu à passer le flambeau à ses disciples d’hier et d’aujourd’hui.
« Allez dans le monde entier.
Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. »

Ce n’est pas une mince tâche. Jésus s’est limité à un petit pays, quoique très influent comme carrefour des nations. Voilà maintenant qu’Il attend de ses intimes de faire voyager le message. Il devait leur faire drôlement confiance pour les charger d’une telle mission et demander d’exercer un tel rayonnement.

« Mais vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui viendra sur vous. Et vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre. »

Ainsi commence le temps de l’Église que nous continuons de former par notre présence de baptisés. Et nous avons l’assurance que l’Esprit déploie sa force, en nous et autour de nous, particulièrement quand nous sommes réunis, réunis en son nom.

« Là, vous avez l’assurance que je suis parmi vous », de dire Jésus, quand vous êtes ensemble avec moi.

Pour exercer notre responsabilité de chrétiens et être témoins aujourd’hui de sa Bonne Nouvelle et de sa vie de Ressuscité, nous devons élever notre esprit et notre cœur. Dans chacune de nos célébrations, au début de la prière eucharistique, nous recevons cette invitation :
« Élevons notre cœur » – Pour nous ouvrir des horizons plus grands, à la hauteur de nos espérances, de nos aspirations les plus élevées. Qu’est-ce que nous répondons ? « Nous le tournons vers le Seigneur. »

Ça veut dire quoi tourner notre cœur vers le Seigneur ? Ça veut dire que nous voulons être proche de notre Dieu, comme Jésus l’a été.

Si nous nous tournons vers Lui, nous avons le désir de le suivre sur le chemin de l’amour, faire de nouveaux progrès pour porter de bons fruits avec notre vie. Nous nous tournons vers Lui pour vivre en abondance, au-delà des morts que nous avons à affronter.

Ces moments d’intensité avec le Seigneur viennent renouveler nos forces pour repartir témoigner de sa présence active dans le monde concret que nous connaissons. C’est nous qui sommes maintenant sa présence concrète et visible dans le monde que nous fréquentons actuellement.

Même s’il est en prison à cause de sa foi et de sa prédication, saint Paul y va de paroles d’encouragement envers sa communauté réunie à Éphèse, message transmis à notre communauté paroissiale réunie ici, à Lévis :

« Je vous encourage à suivre fidèlement l’appel que vous avez reçu de Dieu… Mettez-y de l’humilité, de la douceur, de la patience. Supportez-vous les uns les autres avec amour. Gardez-vous unis dans l’Esprit pour vivre en paix. » C’est un excellent mode d’emploi pour vivre notre vie chrétienne en pensant à des personnes bien concrètes que nous retrouvons dans notre quotidien et notre environnement.

« Chacun d’entre nous a reçu le don de la grâce comme le Christ nous l’a partagé », d’ajouter Paul.

Et après avoir été témoins du retour du Seigneur dans la gloire du Père, il est dit des disciples de la première heure qu’ « ils s’en allèrent proclamer partout la Bonne Nouvelle ». Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par des signes qui l’accompagnaient. En sera-t-il ainsi de nous en repartant d’ici ?

Quels signes ferons-nous en prolongement de notre rencontre avec le Seigneur ? C’est là que se vérifiera la qualité de notre foi.

AMEN.

Informations supplémentaires
Dimanche de l’Ascension du Seigneur, année B
1re lecture : Apôtres, 1, 1-11
Psaume : 46 (47)
2e lecture : Éphésiens, 4, 1-13
Évangile : Marc, 16, 15-20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Powered by sweet Captcha